Aller au contenu principal
Mini-Entreprise L

BeauTy Safe - Nail Z'iles

Dimanche 15 septembre 2019
Réunion
Bien-être
Mode & textiles
Visuel illustrant l'activité de BeauTy Safe Nail Z'îles

BeauTy Safe Nail Z’iles est une société au statut de SAS située à Ste-Marie – Réunion (97438).
Elle est spécialisée dans le secteur d’activité du commerce de détail de parfumerie et de produits de beauté en magasin spécialisé (NAF . 47.75Z). Florence GINET en est la Directrice Générale. Les élèves de BTS du lycée professionnel Isnelle Amelin, lauréates ex-aequo de la catégorie BTS au Championnat régional EPA Réunion (promotion 2020) vous expliquent leur expérience. 

BeauTy Safe, un projet en 5 étapes

1 - L’étude du marché et l’enquête auprès des consommateurs

Nous avons ciblé une commercialisation locale, sur l’île de la Réunion. Nous avons réalisé une enquête marketing dans cette zone.
Elle a débuté par la conception d’un questionnaire en ligne. Les questions étaient fermées ou à choix multiples afin de faciliter l'étude des résultats. Notre échantillon test était composé de 169 personnes qui ont répondu à l’intégralité des questions.
L'équipe marketing a ensuite analysé les résultats de cette enquête.
Les 2 informations essentielles mises en valeur ont été :
- les caractéristiques sensorielles (parfums et couleurs) préférées par les consommateurs,
- le prix attendu pour un vernis 6mL en flacon de verre.
Notre cible clientèle est la femme de 15 à 45 ans, active, fière de sa région. Cependant, après l’enquête, nous avons remarqué que des hommes pouvaient acheter nos produits comme « souvenirs péi » originaux et qualitatifs.
Nous avons réalisé un tableau de concurrence directe et indirecte afin de mieux nous positionner. Cela nous a permis de préciser le prix de l’UVC, le volume, les lieux de commercialisation... Nous avions validé l’idée, le produit, les valeurs de l’entreprise… le plus gros restait à faire : il fallait faire vivre notre mini entreprise…

2 - Les fondements, le démarrage

Nous avons utilisé les outils EPA dès le début, pour garder le cap mais également pour nous fixer aussi des étapes clés, car c’était une 1ère pour nous !
Nous avons planifié l’ensemble du projet avec pour objectif le concours initialement fixé fin avril 2020. Tout au long, nous avons échangé avec notre mentor, nos professeurs et ils nous ont accompagné de leurs expérience et connaissances depuis la réflexion autour du concept des produits jusqu’au développement et à la commercialisation.
Dès le début, nous étions toutes très motivées à l’idée d’apprendre différemment, de découvrir le monde entrepreneurial autrement…
Nous avons toutes adhéré et avons sollicité l'ensemble de nos contacts pour construire le capital initial de cette entreprise. Des démarches directes auprès de particuliers ou d’entreprises, la vente de bons EPA, la création d’une cagnotte Leetchi… Tout ceci nous a permis d’avoir un capital initial de 320€…

3 - La création des formules et leur développement

Il a fallu par la suite définir des formules - recettes des ingrédients nécessaires à la réalisation des produits - en fonction de l’étude de marché, de l’étude de faisabilité technique, des parfums et couleurs préférées par les consommateurs, du prix de vente cible… L’équipe production / approvisionnements a donc recherché des fournisseurs qui correspondaient à nos standards. Des commandes ont été formalisées et les approvisionnements essentiellement financés par le capital initial et les dons de nos partenaires et entreprises. Les commandes ont été émises auprès des fournisseurs et après réception des ingrédients et flaconnages, les 1ers essais ont été réalisés au laboratoire. Avec les prototypes fabriqués, nous avons organisé des tests qui ont permis d’ajuster les formules notamment pour le caractère « persistance » de l’odeur de fruit. La responsable finances suivait de près nos formules pour être sûre que nous restions dans des marges acceptables. Il ne restait qu’à produire en grosse quantité… Notre objectif de production : 150 flacons toutes références confondues…

4 - La médiatisation de l’entreprise et des produits

> L’équipe marketing travaillait en parallèle sur l’image de l’entreprise.
Le logo a été créé à partir du nom et des valeurs de base de notre mini-entreprise. Chacune a fait des propositions de coloris, de motif, de forme… Un vote a permis de finaliser le choix final. Nous voulions un nom et un logo qui représentent à la fois notre produit et notre classe de BTS… en accord avec le nom de l’entreprise : BeauTy Safe - Nail Z'îles : "Safe" = sans danger , "Nail" = ongle et "Z'île" = notre île.
Ce logo a été utilisé sur tous les documents de communication et matériel de promotion commerciale des lieux de vente. Celui-ci a été choisi car nous trouvions qu'il représentait bien cette aventure : la fleur qui est un bouton et qui est en cours d’éclosion, tout comme ce projet ( et nous-mêmes, ;-)! ). Partir d'un bourgeon et grandir !
Des documents commerciaux ont été construits : plaquettes d’information sur les produits, pochettes de documentation commerciale, cartes de visite, … Tous étaient construits sur cette trame et ce code couleur.
Pour compléter la médiatisation de notre mini entreprise, une page Facebook a été élaborée, une adresse email créée (Beauty20Safe19@gmail.com) : c’était le début de la communication avec nos clients…
> L’image des produits
Des noms un peu « différents / décalés » ont été trouvés par brainstorming et votes collectifs… Nous sommes parvenues à nommer l’ensemble des 4 produits de la gamme :
Coco beach (pour le vernis blanc parfum coco)
- Sweet candy (pour le rouge parfum leetchi)
- Perfect nude (pour le beige parfum vanille)
- Sweet strawberry (pour le rose parfum fraise)

5 - L’aboutissement : la distribution, les ventes…

Plusieurs voies pour la commercialisation ont été validées :
> la vente à distance :
- "click and collect" : vente en ligne avec enlèvement du/des produit(s) sur Sainte-Marie,
- la vente en ligne avec livraison : notre force réside dans nos origines géographiques variées ce qui permet de minimiser les coûts de livraison.
> la vente sur les marchés forains et notamment le marché de nuit de Saint-Denis dont la clientèle correspond au profil recherché.
Sur les marchés, il a été envisagé d’associer la vente de produits à des prestations de soins des mains et de pose de vernis. La pose de vernis était offerte si le client achetait des produits à la suite de la prestation.

Freins rencontrés et moyens pour y remédier

Nous avons eu quelques difficultés… administratives, matérielles ou interpersonnelles… mais au final, nous avons su aller au-delà en nous unissant dans un même objectif pour que le projet puisse avancer…
> Les matières premières venaient de métropole, leur livraison a pris énormément de temps, leur dédouanement en a ajouté. Elles ont ensuite été soumises à l’octroi de mer : c’est une taxe à laquelle nous n’avions pas pensé… il a donc fallu reporter ce surcoût très important dans nos calculs de coût de revient.
> Il ne nous était pas possible en tant qu’entreprise « virtuelle » d’ouvrir un compte en banque… Il a donc fallu chercher un moyen d’avoir rapidement un compte en banque pour réaliser les transactions (débloquement des gains leetchi, paiement des matières premières, des frais de dédouanement…)
Une association au sein du lycée avait déjà un compte bancaire, c'était la solution la plus facile et immédiate. Nous avons donc établi une convention de partenariat avec elle pour l’utilisation de leur compte bancaire.
> Ensuite il y a eu des difficultés personnelles : les différences de personnalités, les fluctuations de motivation… C’est un projet de long terme, il est difficile de rester motiver à 100% tout le temps et toutes ensemble… d’autant plus, que nous n’étions pas sûres que le concours serait maintenu pour les post-bac… (coronavirus). Heureusement, quand les unes ralentissaient un peu, les autres prenaient le relais. Nous étions également suivies par nos professeurs qui nous aidaient régulièrement à retrouver le fil du projet.
> Enfin, le plus gros problème auquel nous avons été confrontées reste la crise du Coronavirus… Avec elle, l’obligation de confinement a tout stoppé : les productions, les marchés, les ventes, le concours… tout semblait terminé !… Dans un premier temps, nous avons ralenti le travail lié à la mini entreprise, en nous concentrant sur le travail associé au cours « classiques » donnés par les professeurs. Puis vers la fin du confinement, cela a changé. EPA a appelé cela le « rebond ». Nous avons été informées que le concours EPA était maintenu sous une autre forme : avec une première étape de sélection composée d'un dossier écrit et d'une vidéo. Nous étions contentes car nous avions beaucoup travaillé sur le projet et étions frustrées de ne pas le voir aboutir comme imaginé. Tous les aspects production et commercialisation étaient toujours en suspens car le lycée et le marché de nuit étaient toujours fermés…

Avoir fait ce dossier de candidature nous a permis de nous rendre compte du chemin parcouru depuis la 1ère venue de Madame Imiza un après-midi de Septembre 2019…

Résultats et utilisation des bénéfices

Nous avons su mobiliser entourage et entreprises pour nous accompagner financièrement ou matériellement dans cette aventure. Au final, sans produits commercialisés du fait du contexte si particulier, nous n’avons pas perdu d’argent. Si les produits prévus en fabrication avaient tous été vendus, nous aurions fait un chiffre d’affaires de 150 x 5.99 = 898.50€. Si seulement la moitié avait été commercialisée, le chiffre d’affaires se serait porté à 449.25€.
Nous sommes fières de ce prévisionnel…
Nous nous sommes demandées ce que nous aurions fait pour le reversement des 20% destinés à une association : nous avons opté pour des associations qui aident les femmes. Celles qui luttent contre le cancer ? Nous avions participé à Odysséa et avions été sensibilisées à cette cause…
Une association qui accompagne les femmes victimes de violences conjugales ? Nous avons été émues par ces faits qui malheureusement se sont développés avec le confinement des familles…
Pour les 80% nous revenant, nous aurions aimé utiliser ces gains pour financer en partie le voyage en métropole des membres de l’entreprise qui n’étaient pas membres du bureau. Nous avions convenu dès le départ que nous serions toutes gagnantes! Plus modestement, nous avons pensé à une journée de soins aux thermes de Cilaos, une après-midi au kart ou à la plage … ça aurait été une belle récompense.

Bilan personnel et professionnel

En ce qui concerne le bilan de chacun des membres de l’équipe, il est varié. Dans la vidéo que nous avons présentée lors de la sélection, nous avons résumé cela en « un mot ». C’est un peu rapide pour décrire l’ensemble! 
Globalement, ce projet nous a permis de nous rendre compte des difficultés à travailler avec des personnalités différentes ce qui nous a amené à nous adapter, à apprécier les atouts de chacun des membres de l’équipe.
D’un point de vue professionnel, nous nous sommes rendues compte de l'importance des charges financières d'une entreprise avant même d’avoir commencé à vendre quoi que ce soit. Il faut tout prévoir, prendre des marges de sécurité, être rigoureuses, négocier …etc…
La crise du Covid19 a été une période très particulière, rien ne s’est passé comme prévu. Toute l’activité économique et sociale a été mise en suspens et celle de notre mini-entreprise également. Nous n’avons pas eu le temps de terminer les fabrications avant la fermeture des établissements. Cette période nous aura fait nous rendre compte qu’il est indispensable d’être innovant si on souhaite maintenir une entreprise dans la durée.
La fermeture du lycée, des marchés forains, l’arrivée de la fin de l’année et la programmation du concours ont fait que nous ne pouvions pas réaliser l'ensemble de ce qui était initialement prévu (ou repensé) mais cela a constitué un exemple concret de situations difficiles que peut rencontrer une entreprise « de la vie réelle »!
Pour nous qui ouvrirons peut-être un jour nos propres entreprises, ce projet a été très révélateur. Une expérience riche et unique !

Partager :
FacebookTwitterLinkedIn
Vos témoignages
Cette 1ère expérience de management d’entreprise était riche et intense !
Photo Florence GINET
GINET Florence
Mini-Entrepreneuse
Mini-Entreprise L
Réunion
En savoir plus