Aller au contenu principal
Mini-Entreprise L

Festival des Mini entreprises 2021 : Ti Grain de Folie (collège Jules SOLESSE), lauréat du "prix RSE"

Vendredi 21 mai 2021
Réunion
Artisanat & décoration
Développement durable
Illustration projet Ti Grain d'Folie

Notre mini-entreprise : Ti Grain d’folie

Qui sommes-nous ?
Nous sommes des élèves de Troisième Prépa-Métiers du collège Jules Solesse à Saint-Paul. Créer une mini entreprise est un projet qui s’inscrit parfaitement dans notre cursus. Nous avons donc d’emblée été enthousiastes. Notre mini-entreprise Ti Grain d’folie est née d’une réflexion commune.

Notre projet, notre produit
Nous proposons des jardinières en bois de palettes recyclé, fabriquées par les apprentis menuisiers de notre pôle production et contenant des plantes « péi » cultivées par les apprentis jardiniers de ce même pôle. Nous avons eu le soutien précieux des enseignants et des élèves de SEGPA .Nous avons travaillé également avec l’entreprise ECOPAL à qui nous avons acheté le bois de palettes.
Un produit original du fait du caractère thématique de nos jardinières. La Bon dodo contenant verveine et citronnelle, la Zen apportant calme et détente, la Virgin mojito et ses deux variétés de menthe et même la Stop dengue et ses plants de citronnelle et d’Artemisia.
Notre ptit grain d’folie n’en finit pas de s’exprimer !

La clientèle que nous visons

Nous visons les amoureux des plantes aromatiques et médicinales parmi les parents d’élèves et les enseignants du collège. Nous aurions aimé toucher un public plus large mais nous avons dû y renoncer car le contexte de la crise sanitaire ne nous l’a pas permis. Avant la vente, nous nous sommes rapprochés des enseignants pour leur présenter notre produit, leur demander s'il leur plaisait et combien d’argent ils seraient prêts à mettre dans l’achat d’une jardinière et nous avons vu que le produit leur plaisait beaucoup.

Nos valeurs

Notre projet entre dans le cadre du développement de l’économie sociale et solidaire, ainsi que de l’économie circulaire. Nous souhaitons valoriser la production locale et favoriser les circuits courts.
Il est également important pour nous de s’inscrire dans une démarche de protection de l’environnement en valorisant les bois de palettes qui arrivent en quantité vertigineuses dans notre île !
Il nous paraît enfin essentiel de mettre en valeur notre culture à travers les plantes bienfaitrices que nous fournit la terre réunionnaise.

Notre logo

Nous nous sommes d’abord mis d’accord sur un nom : Ti'Grain de Folie. Ce dernier nous correspond bien car nous nous voyons comme des graines d’entrepreneurs, nous comptons pousser et aller loin, même si c’est de la folie à notre âge ! Nous tenions à ajouter une note créole pour rappeler notre attachement à la Réunion.
Pour le logo, nous souhaitions mettre en avant nos valeurs : la protection de l’environnement, la mise en valeur des produits locaux, le recyclage, le bien-être et la joie de travailler ensemble.
Comme nous ne maîtrisions pas de logiciel pour fabriquer notre logo de manière autonome, nous avons eu l’idée de faire appel aux services d’un graphiste à qui nous avons envoyé un cahier des charges. Celui-ci nous a offert son aide gracieusement. Il nous a rapidement fait une proposition qui répondait à nos critères : le vert pour l’environnement, le rond pour le recyclage, l’économie circulaire et notre planète, entourée par de jolies plantes un peu folles, à l’image de notre projet.

Notre slogan

« Mais vous êtes fous ? Ti'Grain d’folie ! » Parce que c’est de ce petit grain de folie que viennent notre idée, notre optimisme et nos envies de toujours améliorer notre production et notre service. Pour la petite histoire, ce slogan est venu naturellement avec nos professeurs qui nous répétaient sans cesse « mais vous êtes fous ! » surtout en cette période de conjoncture économique incertaine et compliquée …

Comment avons-nous financé notre mini-entreprise ?

Notre idée nécessitait beaucoup de moyens pour commencer : il fallait acheter du matériel - palettes, vis, graines, terre - pour que la production puisse se lancer. Nous avons donc demandé des avances remboursables en présentant notre projet à notre entourage, notre voisinage, nos enseignants. Nous avons pu ainsi rassembler la somme de 220 euros qui nous ont permis de commencer.

Comment avons-nous organisé notre travail ?

La distribution des rôles s’est faite selon la personnalité, les intérêts et les compétences de chacun. Si chacun a trouvé rapidement sa place, dans les pôles « production », « marketing », « vente » et « gestion/administration », il nous a fallu cependant faire nos armes en communication et nous montrer flexibles pour passer d’un pôle à l’autre, s’organiser, se coordonner.

Notre première vente : un réel succès

La première vente a eu lieu le 1er mars. Nous nous sommes fixés l’objectif de la réaliser coûte que coûte malgré le contexte et les incertitudes liées à la crise sanitaire (notre classe a été fermée).
Le pôle production a pu fournir 7 jardinières finalisées qui se sont vendues en 10 minutes. Il a fallu travailler vite : le groupe atelier a travaillé chaque semaine dans les ateliers de la SEGPA qui nous a gracieusement prêté les outils. Le groupe jardinage a travaillé dans les jardins de la SEGPA dans les mêmes conditions. Chaque groupe a pu bénéficier de l’encadrement d’un professeur d’atelier, grâce au soutien du principal et du directeur de la SEGPA.
Le service administratif a obtenu une autorisation du principal et préparé le carnet de commande. Il a également fait les comptes pour dégager le chiffre affaire de 250 euros et le bénéfice de 100 euros.
L’équipe administrative a su collaborer avec l'ensemble de la classe pour connaitre les dépenses et travailler avec le professeur de mathématiques pour pouvoir fixer le prix de revient de chaque jardinière, soit 15 euros.
A partir de là, elle a pu élaborer un prix de vente : 25 euros pour 10 euros de bénéfice par jardinière. L’équipe commerce a imaginé un stand et des tenues pour la vente et préparé des arguments de vente, en s’entrainant à l’oral sous forme de petites scènes de théâtre. L’équipe a également préparé un carnet de commandes, en prévision d’une forte demande.
Le pôle marketing s’est occupé des affiches et de leur diffusion pour informer les professeurs.
Avec les commandes, 19 jardinières ont été vendues en tout !

Quelles difficultés avons-nous rencontrées et quelles solutions avons-nous trouvées ?

En peu de temps par semaine (une seule heure hebdomadaire), nous avions énormément de choses à faire et à apprendre dans des domaines que nous ne maitrisions pas du tout en début d’année. Nous avons pourtant relevé le défi, avec fierté, oui nous sommes fous !

Les obstacles que nous avons dû surmonter :
• Tenir une comptabilité rigoureuse (aide de notre mentor madame Delhoume).
• Produire suffisamment pour répondre aux nombreuses demandes que nous avons reçues (organisation et multiplication des heures en atelier).
• Gérer la matière première et éviter de gaspiller (faire un calcul précis du prix de revient avec notre professeur de mathématiques).
• Fixer un prix accessible mais nous permettant quand même de faire des bénéfices.
• S’adapter au contexte sanitaire qui nous a obligé à annuler notre première vente (nous avons limité nos objectifs à la salle des profs dans un premier temps et surtout proposé un carnet de commandes).
Pour surmonter nos difficultés, nous avons obtenu les précieux conseils de notre mentor, madame Héloïse DELHOUME, ainsi que de madame Nicole IMIZA et nous tenons pour cela à les remercier. Nous avons eu l’aide et le soutien très bienveillant de nos enseignantes, de notre principal et du directeur et des professeurs de la SEGPA. Nous avons également trouvé des ressources très utiles sur la plate-forme EPA Réunion.

Quelles sont nos perspectives ?

Répondre à notre carnet de commandes (15 jardinières en attente).
Nous avons vu que le produit plaisait et regrettons que l’entreprise soit clôturée en fin d’année !

Partager :
FacebookTwitterLinkedIn
Exemples de projets
Illustration projet Bambou Led
Mini-Entreprise L
Festival des Mini entreprises 2021 : Bambou Led (Mahé de La Bourdonnais), lauréat "catégorie collèges"
Réunion
En savoir plus
Illustration projet Ecokréa
Mini-Entreprise L
Festival des Mini entreprises 2021 : Ecokréa (Ecole des Créateurs) lauréat collège du prix du public réunionnais
Réunion
En savoir plus